time-out-affiche

Time out d’Andrew Niccol

0

Time Out (titre original : In Time) fait partie de ces blockbusters dont le succès laisse gentiment rêveur. Sorti en novembre 2011, il s’est rapidement forgé un joli petit succès dans les salles obscures. Mais fait-il pour autant partie de ces films qui vont marquer l’histoire du cinéma ou, tout au moins, laisser une empreinte dans les mémoires ? Rien n’est moins sûr…

Sur le papier, le casting et le synopsis donnent clairement envie de se laisser séduire.

L’histoire se déroule dans un univers futuriste où les humains, génétiquement modifiés, ne vieillissent plus à partir de 25 ans. Mais ils n’ont pas non plus atteint la vie éternelle : pour survivre, ils doivent gagner du temps de vie. Les riches ont donc l’assurance de demeurer longtemps beaux et jeunes. Mais les plus pauvres doivent mener un combat quotidien en travaillant, mendiant, empruntant ou même volant quelques heures supplémentaires.

Et c’est dans ce contexte que Will Salas / Justin Timberlake est accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Il prend alors la fuite en compagnie de l’otage qu’il a enlevé. Mais pour rétablir la vérité, il va devoir agir vite car le compte à rebours est enclenché…

L’ennui, c’est que ce long-métrage de science-fiction manque de souffle et d’envergure et qu’il ne mérite pas les 40 milliards de budget qui lui ont été alloué. Comme dans le dicton, la montagne a finalement accouché d’une souris. L’ensemble reste plaisant à regarder, mais le spectateur est déçu de ne pas retrouver la puissance imaginative du réalisateur de Bienvenue à Gattaca ou de Lord of War. Le scénario est manichéen, et les ficelles sont trop grosses pour emporter une réelle adhésion.

Les personnages manquent de profondeur et quelques longueurs viennent alourdir la narration. Il y a aussi quelques bizarreries dans la partie de poker, alors qu’il s’agit pourtant d’une scène essentielle dans l’histoire (même s’il n’y a pas d’erreurs monumentales comme dans le Casino Royale de Martin Campbell).

Heureusement, il y a quand même quelques trouvailles intéressantes, notamment sur la complexité de gérer la longévité quand le corps ne change plus. Par exemple Sans les rides, les cheveux blancs et la modification de l’apparence, les parents et les enfants finissent par se ressembler. Pourtant les goûts et les modes finissent malgré tout par bouleverser les codes de cette fausse immortalité : les centenaires continuent notamment à suivre les codes vestimentaires d’un autre temps….Il faut aussi souligner la tentative de critique de notre société, littéralement obsédée par le culte de la jeunesse éternelle.

En définitive, malgré ses faiblesses, Time Out devrait quand même ravir tous ceux qui ont juste envie de passer un bon moment devant un thriller rythmé et somme toute assez efficace. Idéal donc pour une soirée DVD.

Pour ceux qui ne l’ont pas vu lors de sa sortie en salle, voilà la bande annonce officielle du film :

Robin Year One

Batman Chronicles : The Gauntlet et Robin Year One

0

Vous souvenez-vous de là où nous étions arrêtés la dernière fois ? Ah oui, après l’épique Dark Victory, nous avions laissé Batman en compagnie de son nouveau protégé, le jeune Dick Grayson, tout juste devenu Robin.

Chronologiquement, ce qui nous attend maintenant est Batman Chronicles : The Gauntlet. Inutile de vous en parler bien longtemps : Ce comics, qui est « la première épreuve du feu de Robin », son grand test de passage pour que Batman l’accepte enfin à ses côtés après son long entrainement, n’est qu’une petite histoire relativement peu intéressante. On sait bien que de toute manière Robin va le réussir, son test, et la faible envergure de l’histoire n’aide franchement pas à la conseiller. Suivant.

Robin Year One est déjà une histoire un peu plus intéressante : Ayant tout juste revêtu le masque de Robin, Dick Grayson fait face pour la première fois aux « grands » ennemis de Batman : Le Chapelier Fou, Double Face… et il connait ses premiers grands succès mais aussi ses premières défaites aux mains d’ennemis impitoyables, qui voient en lui une faiblesse pour Batman. Un Batman qui n’est d’ailleurs pas représenté à son mieux (c’est frappant après avoir lu les histoires de Tim Sale et Jeph Loeb) et qui doit lui faire face à la culpabilité qu’il ressent (avec, en partie, Alfred) d’avoir laisser un si jeune garçon suivre cette voie si dangereuse.

L’histoire prend également le temps d’explorer la vie quotidienne de Dick Grayson, chose au final bien absente des comics Batman que j’ai lu jusque là. Le côté normal de sa vie où il va à l’école, la manière dont il doit réussir à concilier ses « obligations » en tant que justicier masqué, sa relation avec Bruce Wayne et Alfred Pennyworth…

En bref, si Robin Year One est loin d’être un chef d’oeuvre, c’est tout de même une bonne lecture pour découvrir les débuts du premier personnage à porter le masque de Robin !

Acheter Robin Year One (anglais)

conan-le-barbare

Schwarzenegger veut relancer sa carrière d’acteur avec Conan

0

Aussi étonnant que ça puisse paraître, Arnold Schwarzenegger arrête bien son parcours politique pour se relancer en tant qu’acteur. Et pour cela, il a choisit de relancer Conan le Barbare. Pour prouver mes dires, voici une source sérieuse. Le dernier film (à succès car la reprise de 2011 a fait un flop) date de 1984 et on devrait donc en voir un nouveau d’ici peu. Aucune date n’ayant pour le moment été donnée.

Certains considèrent que c’est un reboot de la saga Conan mais à 65 ans, ça parait un peu difficile pour Scharwzy de la reprendre au début. La première saga s’est terminée avec Conan couronné et c’est, semble-t-il, une suite à cela que le nouveau film veut incarner : « Ce mythique héros inspiré de la mythologie nordique qui a joué le rôle de roi, guerrier, soldat et mercenaire et qui a mis plus de filles dans son lit que n’importe qui approche de la fin de sa vie. Il sait qu’il va aller au Valhalha et il veut y aller dans un dernier bon combat ».

En tout cas, l’ex bodybuilder, acteur et gouverneur de Carlifornie veut se relancer sans chômer puisqu’il a déjà prévu 2 films pour 2011, un thriller : Ten, et Triplets (une suite de Twins (Jumeaux) de 1988) avec Danny DeVito. Bon courage à lui, ça lui va mieux que la politique.

dark-shadows-johnny-depp

Résultat du concours Dark Shadows

0

C’est l’heure du bilan pour ce premier concours sur Fenntasy qui permettait de gagner un combo Bluray/DVD de Dark Shadows, le film de Tim Burton avec Johnny Depp.

Aucune mauvaise réponse n’a été formulée (même pas un plaisantin dites donc) sur les 160 participants. L’acteur fétiche de Tim Burton est donc bien Johnny Depp, aucun doute là dessus vu le nombre de film qu’ils ont fait en collaboration tous les deux.

Le grand gagnant du concours est donc Valentin ! Bravo à toi, tu as du recevoir un mail pour me faire parvenir tes coordonnées que tu puisses recevoir ton lot.

 

Merci à tous les participants, j’espère que ce concours vous aura plus et si j’ai l’occasion, je n’hésiterai pas à en faire de nouveau !

Page 1 sur 4512345...102030...Dernière »
Go to Top